Les sardines Anny pour le président



Voici ce qu’on offre gratuitement aux Camerounais pour aller suivre une finale de la coupe du Cameroon .
Il faut à tout prix remplir le stade à fin d’applaudir l’arrivée du Dieu du Cameroon en lui faussant croire qu’il est le sauveur de la république. La parade militaire ferra son show également.
Voilà Comment on a réduit le peuple Camerounais à la mendicité.
Dites moi dans quel pays on offre Les pains sardines aux citoyens pour aller suivre une finale de coupe nationale ? Notre pays a touché le fond. Ceux et celles qui doutent n’ont encore rien compris.
André Rolain
Avec Benjamin Zebaze

Vraies bonnes sardines bien trad



Des sardines en or pour noël !

La plus snob des sardines : en or et from Saint Trop' !
A retrouver chez Sardines Pirates


Le noël des sardines en BD

« Les chasseurs d’écume » , ou la vie difficile des pêcheurs de Douarnenez (bande dessinée)

Une bande dessinée tirée du livre de Jean-Claude Boulard L'épopée de la sardine, avec de belles planches sur Douarnenez et la pêche à la sardine. 

 

 

La bande dessinée Les chasseurs d’écume décrit la vie difficile des pêcheurs de Douarnenez au XXe siècle. Une série enracinée qui mérite d’être découverte.
Les trois premiers tomes se déroulent avant la première guerre mondiale. La sardine est le cœur de l’activité économique. Dans le tome 1, en 1901, Jos Gloaguen âgé de seulement 12 ans embarque sur la chaloupe de son père. Les hommes pêchent sur de frêles barques, tandis que leurs épouses – les Penn Sardin- s’activent à la conserverie contre un salaire de misère. Dans le tome 2, Jos Gloaguen participe à une révolte des pêcheurs réprimée par la gendarmerie à cheval. Dans le troisième tome, pendant la Première Guerre mondiale, Jos devient marin sur le cuirassé Danton. Mais celui-ci est coulé par un sous-marin allemand. Jos est ensuite affecté sur le cuirassé Mirabeau. A la fin de la guerre, celui-ci se dirige vers Sébastopol, pour aider les Russes blancs luttant contre la révolution bolchevique. C’est alors qu’éclatent les Mutineries de la Mer noire. Mais, courageusement, Jos refuse de participer à la grève des matelots favorables aux rouges… A son retour, il épouse la belle Anna Coëdic… Le tome 4 décrit la situation des pêcheurs de Douarnenez pendant les années 1920. En 1920, Jos Gloaguen et Anna ont un garçon, qu’ils prénomment Fanch. Mais la vie des pêcheurs est difficile. En 1924, les tensions sociales se crispent. Alors que la sardine se fait attendre, les pêcheurs restés à quai exigent des patrons des conserveries de meilleures conditions de travail. Des parisiens du « Cartel des gauches », venus recruter pour un nouveau syndicat affranchi du bolchévisme, incitent à la grève. En 1925, un accord est  signé entre les délégués des femmes travaillant dans les conserveries et les industriels. Mais les pêcheurs de Douarnenez sont concurrencés par ceux de St Jean de Luz, lesquels ne font pas grève… Ainsi se clôt le premier cycle de cette série.…

Agadir Haliopôle nage à contre-courant sur la sardine

Alerte rouge sur la sardine ! Alors que le Maroc répète que ses stocks halieutiques ne sont pas menacés de surexploitation, le cluster Agadir Haliopôle brise un tabou en affirmant l'inverse. Le pôle de compétitivité va missionner un cabinet pour mener une étude sur la pérennité des ressources halieutiques au large de la région Souss-Massa. L'association porte les inquiétudes des industriels du secteur, indiquant dans son appel d'offres qu'un "tarissement des sources d'approvisionnement à l'échelle locale n'est pas une simple hypothèse". Agadir Haliopôle veut donc se doter d'un plan d'actions pour inverser la tendance.

Placé sous l'autorité du wali de Souss-Massa Ahmed Hajji, Agadir Haliopôle est piloté par un connaisseur de la pêche, Mohamed Bouayad. Ce dernier dirige Sunrise International (mareyage), Marpex (conserverie de poisson) et l'antenne marocaine du bureau d'études français Cofrepêche, filiale de l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer).

Le débat sur la surpêche fait rage : le 5 novembre, l'Institut national de recherche halieutique (INRH) du royaume est monté au créneau face au Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM). Ce dernier avait mis en garde, dans une étude, sur la "situation critique" des stocks de sardines marocaines.


© Copyright Maghreb Confidentiel.
Reproduction à titre informatif et non commercial

Méditerranée : Le Maroc et l’Espagne à la rescousse de la sardine


Infomediaire Maroc – Une campagne scientifique axée sur la connectivité entre les différentes populations de sardine en Méditerranée a réuni récemment des chercheurs de l’Institut espagnol d’océanographie (IEO) et de l’Institut national de recherche halieutique (INRH).
L’objectif de cette campagne, baptisée “SARLINK” et réalisée dans les eaux marocaines, espagnoles et portugaises, est d’analyser les échantillons prélevés, à travers des études génétiques, pour déterminer le degré de connectivité entre les différentes populations formant le stock de sardines dans les eaux du sud de la péninsule ibérique et du nord du Maroc.
Il s’agit ainsi de comprendre la dynamique des stocks de sardines pour améliorer les évaluations scientifiques permettant aux autorités compétentes de promouvoir une gestion durable de ces ressources halieutiques.
Rédaction Infomediaire.

Des chercheurs des deux instituts ont fait des prélèvements d’échantillons d’œufs, de larves et de spécimens adultes de sardines (Sardina pilchardus) dans la mer d’Alboran, le golfe de Cadix, ainsi que dans les eaux marocaines et du Portugal.
Un total de 10 chercheurs de l’INRH et de l’IEO ont participé à cette initiative «entreprise dans un temps réduit par rapport à son envergure».

À Amiens, les sardines remontent la Somme

Déjà connue pour son lapin géant de Pâques et sa Licorne de l’Amiens SC, Géraldine Thibault a convaincu l’artiste Jean-Pierre David de transformer Saint-Leu.
Cette installation va faire parler d’elle tant elle est spectaculaire. Une centaine de sardines géantes sont posées au dessus de l’eau du canal de la Somme au niveau du quai Bélu. Un effet visuel garanti. C’est l’œuvre de l’artiste de renommée internationale Jean-Pierre David.
Et c’est aussi celle de Géraldine Thibault, créatrice de l’agence Ajuste Sens. Cette Amiénoise, artiste de formation de 42 ans, a créé sa société spécialisée dans la communication et l’organisation d’événements. Et dès qu’elle le peut, elle s’inspire de ses connaissances en art. C’est ainsi qu’elle a lancé un lapin géant dans les rues du centre ville lors des fêtes de Pâques pour guider les badauds vers les commerces partenaires.

 

Un projet pour les 20 ans du marché de Noël

Elle a aussi planté des cœurs rouges place Gambetta pour la fête de la Saint-Valentin. Elle a séduit les dirigeants de l’Amiens SC et son public avec sa Licorne géante. Des œuvres à chaque fois soignées et loin de la caricature. Dernier fait d’arme donc : des sardines à Saint-Leu. Des spécimens faits de plastique glacé à l’aluminium gonflés à l’hélium et lestés au fond de l’eau.
«  La fédération des commerçants du centre ville cherchait un projet pour les 20 ans du marché de Noël. J’ai toujours ce réflexe de m’inspirer des artistes et de leurs travaux notamment en installation. Les œuvres posées s’inspirent de leur environnement. J’ai pensé à Jean-Pierre David. Il a fallu le convaincre. Ce qui n’a pas été simple. D’autant qu’il est toujours en mouvement. Il revenait notamment d’une exposition à Moscou et à Tokyo  », raconte Géraldine Thibaut.
L’artiste ne disait pas non, tout comme il ne disait pas vraiment oui. «  Trop d’algues, pas assez profond... Je l’ai convaincu de m’envoyer du matériel par la Poste pour tester moi-même les conditions. Je n’ai pas lâché puis il est venu sur place cet été  », se souvient-elle.
Il restait la question du coût, là encore réduit par le travail de l’équipe de l’agence Ajuste Sens. Le coup de communication est en tous les cas réussi. Les réactions sont enthousiastes en cette période où les touristes sont nombreux à se balader à Saint-Leu, entre le marché de Noël et le spectacle d’illuminations de la cathédrale Chroma.
Il restait à faire vivre cette installation. «  Elle va évoluer sur 15 jours sur le bras de la Somme. Nous allons la déplacer tous les quatre jours environ. De nouveaux bancs de poissons seront positionnés 20 mètres plus loin à chaque fois, puis ils partiront dans les différents canaux de Saint-Leu. L’idée est de dire qu’ils partent vers la mer  », précise Géraldine Thibaut.
De quoi prévenir les fêtards de Saint-Leu qu’ils ne sont pas victimes d’hallucinations et les avertir qu’il est dangereux de tenter d’en décrocher un dans cette eau glacée.
Par David Vandevoorde |

Les sardines contre le cholestérol : mieux que les statines !

Poissons gras anti-cholestérol : les sardines

Cela paraît paradoxal et absolument illogique : les sardines, qui appartiennent à la catégorie des "poissons gras", seraient en réalité des aliments santé, qui permettraient de lutter contre le cholestérol ? Cela s'explique tout simplement : il y a "gras" et "gras", lorsque l'on parle des acides gras… Et certains sont primordiaux pour notre santé !
Publicité
5415399-inline-500x333.jpg©iStock

Les sardines : le poisson santé !

Les sardines sont en effet des poissons gras, mais cela n'empêche pas que les mots "sardines" et "santé" peuvent tout à fait rimer ! En effet, le "gras" qu'elles contiennent constitue des "acides gras insaturés", dont font partie les fameux omégas-3. L'organisme humain ne sachant pas les générer, ils doivent donc être apportés par le biais de l'alimentation. Ces acides gras insaturés sont essentiels pour une bonne santé, car ils assurent une protection contre les maladies cardio-vasculaires, comme le régime alimentaire des Inuits l'a prouvé dès les années 1970. Consommer des sardines, malgré leur réputation de "poissons gras", est donc une bonne manière de lutter contre le cholestérol, car 100 grammes de sardines à l'huile procurent jusqu'à 7,5 grammes d'acides gras insaturés.

Des sardines pour combattre le cholestérol ?

Comment se fait-il que les acides gras insaturés des sardines puissent être des alliés anti-cholestérol (donc anti-gras !) pour l'organisme ? Tout bonnement parce que les acides gras omégas-3 font diminuer la quantité de graisses dans le sang. Les omégas-3 peuvent en effet réduire d'un quart à un tiers le taux de triglycérides dans le sang si on ingère quotidiennement de l'huile de poisson – comme les Inuits le font, on y revient ! De quoi se prémunir efficacement des AVC (accidents cardio-vasculaires)…
in Medisite

Nouvelle usine algérienne à Skikda

L’usine, d’une capacité de production de 16 tonnes par jour, aura à mettre en boîtes des miettes de thon et de sardines à raison de 250 boîtes par minute. «Le montage de l’usine est en cours, et selon son patron, un natif de Skikda, elle devrait produire ses premières boîtes au cours du second semestre de l’année prochaine», ajoute le DPRH. Cet acquis va générer 220 postes d’emploi permanents et viendra réconforter le tissu industriel sectoriel de l’est du pays qui a été nettement affecté après la dissolution des deux unités de transformation qui existaient à Collo et Jijel. Cette nouvelle usine n’est cependant pas l’unique acquis dans la wilaya de Skikda. Selon le DPRH, le programme d’investissement sectoriel comprend également huit projets d’élevage de loups de mer et de dorades dans des cages flottantes.

Pêcheurs et chercheurs travaillent ensemble, et s'intéressent à la sardine

Les pêcheurs français et les chercheurs de l'Ifremer viennent de renouveller un partenariat de 4 ans, pour travailler ensemble sur la préservation des ressources. Ces dernières années, ils avaient découvert ensemble les raisons de la baisse de la taille et du nombre des sardines.
Les pêcheurs français et l'Ifremer ont reconduit ce jeudi pour quatre ans un partenariat qui prévoit des projets de recherche communs, afin de mieux comprendre et préserver la ressource halieutique.
"Il s'agit de mieux connaître l'état de la ressource, anticiper et prendre les bonnes décisions pour les quotas de capture", a résumé Gérard Romiti, président du comité national des pêches, signataire de cet accord-cadre avec l'association France Filière Pêche et l'Ifremer.

82 projets menés à bien

Durant les quatre premières années de ce partenariat, 82 projets ont été menés, pour 24 millions d'euros, dont 13 millions avancés par France Filière pêche, a rappelé Gérard Higuinen, président de France filière pêche, chargé notamment de promouvoir les produits de la pêche française.
"Il y a deux types de recherche: la connaissance des espèces et l'environnement, pour les deux tiers, et la sélectivité et les techniques de pêche, pour un tiers", a-t-il précisé.

Le problème pour la sardine : le phytoplancton

Parmi les projets menés ces dernières années, l'Ifremer et les pêcheurs se sont ainsi intéressés à la sardine de Méditerranée, dont "les débarquements ont fondu et la taille moyenne des poissons a également fondu", a indiqué François Jacq, président l'Ifremer.
Après avoir étudié et écarté de nombreuses hypothèses, parmi lesquels la surpêche, la voracité du thon rouge ou la présence de bactéries, l'Ifremer a finalement pu établir qu'il s'agissait d'un problème de nourriture, le phytoplancton étant "soit moins nourrissant, soit moins abondant".
Ce partenariat a également permis de procéder à des expériences permettant de réduire les rejets en mer "d'espèces soit non désirées, soit non commercialisables", selon Youen Vermard, président de l'association française d'halieutique et cadre de recherche à l'Ifremer.
"On arrive sur certaines espèces à plus de 50% de diminution des rejets",
indique Youen Vermard.
Par Ghislaine Milliet avec AFP

Les sardines en boîtes vont-elles coûter plus cher ?

La baisse des quotas de pêche et la raréfaction de certaines espèces de poissons vont sans doute entraîner une hausse des prix de vente. Les poissons en boîte deviendront-ils un produit de luxe ?
Les consommateurs ne réalisent pas toujours, en ouvrant une boîte de sardines, que ce produit deviendra peut-être bientôt un mets de luxe. Les prix des conserves de poissons vont-ils flamber ?

Sardines, maquereaux, thons en conserve… vers une flambée des prix ?

 

 

Les producteurs de boîtes de conserve vont bientôt renégocier le prix de vente auprès des magasins de la grande distribution. Il se pourrait que cette année, ils réclament une hausse de 15 % aux distributeurs, et ce pour des raisons simples : les quotas de pêche sont plus stricts. S’il y a moins de poissons disponibles, les prix pourraient flamber. 

Car les volumes de poissons vendus en boîte – comme la sardine, le thon et le maquereau –  ont considérablement chuté depuis deux ans. En 2016, le quota de vente de sardines pour le Portugal était de 11.500 tonnes  : c’est 10 % de moins qu’en 2015. De même, les prises de thon albacore ont réduit de 15 % en 2017 par rapport à 2015.


« Nous avions demandé 15 % d’augmentation en 2016, nous avions obtenu quelques pourcents de plus. Nous demandons de nouveau 15 % de hausse de tarif », explique Amaury Dutreil, directeur général de Petit Navire, filiale du groupe thaïlandais Thaï Union avant d’expliquer que « Le thon albacore, le plus consommé en France, se négocie à un niveau historique à 2.600 euros la tonne contre 1.600 euros fin 2015. »
Les producteurs sont conscients de l’attente éthique des consommateurs en matière de pêche et souhaitent mettre en avant leurs pratiques durables et respectueuses de l’environnement grâce à la certification MSC (Marine Stewardship Council). Ils souhaitent participer à la protection des espèces marines dont les effectifs se raréfient depuis quelques années. Il n’y aura sans doute pas de pénurie pour autant dans les rayons des supermarchés, mais il faut donc s’attendre à une possible hausse des prix des boîtes de conserve.
in Consoglobe.com

Ouf ! La menace est écartée !

les experts rassurent


L’Institut National de Recherche Halieutique a réagi à un récent rapport indiquant que le stock de sardines dans les eaux avoisinant le Maroc est actuellement en dessous de la limite de la biomasse.
«La sardine marocaine n’est nullement concernée par l’avis d’information publié récemment par le Conseil International pour l’Exploitation de la Mer (CIEM)», assure l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) dans un communiqué parvenu à H24Info. L’institut réagit ainsi à la publication par le CIEM d’un rapport indiquant que le stock de sardines dans les eaux avoisinant le Maroc est actuellement en dessous de la limite de la biomasse.
Selon l’INRH, «le stock méditerranéen marocain de sardine est exploité de manière soutenable, et n’est en aucun cas menacé». En effet, l’avis d’information du CIEM concerne le stock de la sardine des divisions 8.c et 9.a, qui regroupent la côte ibérique, le Portugal et le Golf de Gascogne, précisent les experts marocains. Et d’ajouter que «les conclusions des scientifiques convergent pour affirmer que la pêcherie pélagique au Maroc est gérée de manière durable grâce aux plans d’aménagement et différentes mesures prises dans le cadre de l’axe durabilité du plan Halieutis».
L’INRH a également mené, il y a 15 jours, des évaluations en collaboration avec l’Institut Océanographique Espagnol (IEO). Ces analyses ont confirmé «un niveau d’exploitation soutenable» pour la sardine marocaine en Méditerranée. En d’autres termes, les quantités de sardines pêchées par les pêcheurs marocains sont en adéquation avec les limites du potentiel du stock.

Les sardines pour maigrir



Selon le Dr Saldmann les sardines sont un excellent aliment quand on cherche à maigrir. Il faut en effet plus de 9 heures pour que l'estomac les digère, retardant d'autant une nouvelle sensation de faim.

Menaces sur les sardines

Le stock de sardines en méditerranée menacé



Le Centre international pour l’exploration de la mer a attiré l’attention de l’UE sur  le stock de sardine dans la mer méditerranéenne et de l’océan Atlantique qui est actuellement en dessous de la limite de la biomasse.
Le stock de sardines dans les eaux avoisinant le Maroc est menacé. La sonnette d’alarme a été récemment tirée par le Centre international pour l’exploration de la mer (CIEM). Dans un rapport publié sur son site, le CIEM affirme que l’évaluation de la gestion du stock de sardine dans la mer méditerranéenne et l’océan Atlantique en 2017 a révélé que ledit stock est actuellement en dessous de la limite de la biomasse.
A retrouver ici

 

La collection de Pierre Tchernia vendue aux enchères

La collection de boîtes de sardines de Pierre Tchernia a été vendue aux enchères à Drouot pour la modique somme de 1600 €…
On peut espérer que Michel-Edouard Leclerc en soit l'heureux acquéreur, lui qui sait si bien associer, comme Magic Tchernia, bande dessinée et boîte de sardines…
Et je suis par ailleurs très heureux de constater que le mot "puxisardinophilie" est définitivement entré dans le dictionnaire d'usage. Quelle fierté pour son modeste inventeur !



L'énigme de la sardine contaminée enfin levée

Algérie : Sardine contaminée, un parasite identifié sans danger sur la santé humaine

 

L’énigme de la sardine contaminée présentant des petites boules blanchâtres en forme de petits œufs et commercialisée ces dernières semaines, vient d’être levée par l’équipe du laboratoire de recherche en physiologie animale de la faculté des sciences de la nature et de la vie à l’université Abderrahmane Mira de Béjaïa.

A retrouver sur EL WATAN

Les sardines russes sont marocaines


in Infomediaire Maroc 
– Les échanges commerciaux maroco-russes font ressortir que les exportations marocaines globales à destination de la Russie sont constituées à 97% de produits agro-alimentaires.
La Russie représente ainsi près de 18% de la valeur totale des exportations agro-alimentaires du Maroc pour atteindre 1,8 milliard de dirhams en 2016. Le Maroc a exporté vers la Russie en 2016 un total de 351 000 tonnes de produits agro-alimentaires, se positionnant ainsi comme 1er fournisseur du marché russe en tomate et 2ème fournisseur en petits fruits d’agrumes.
Et pour ce qui est du secteur de la pêche, le Maroc est le 1er fournisseur de la Russie en sardine congelée avec un volume de 74 000 tonnes en 2016.

Capitaine Cook

Quelque six millions de boîtes de sardines à l'huile sortent tous les ans de l'usine Capitaine Cook de Plozévet (29). Des sardines haut de gamme, travaillées à l'ancienne et qui valent au site bigouden d'être labellisé «Entreprise du Patrimoine Vivant». 

A voir dans le Télégramme



The Funky Sardines

Découvrez les Funky Sardines, un spectacle à ne pas rater…

Plus d'images ici



Championnat du monde de lancer de sardines

On le pratique avec une grille de barbecue faisant office de raquette. Y maintenir la sardine n'est déjà pas une mince affaire… Ça se passe à Doëlan en Bretagne et les mouettes s'y régalent aussi





A retrouver sur Ouest-France ici

Pluie de sardines au Honduras

Every Year, the Sky ‘Rains Fish.’ Explanations Vary.


La Unión, a small rural community in Honduras, where residents report an annual “rain fish” and where, four days before, locals recovered silver sardines that had supposedly fallen from the sky. Credit Adriana Zehbrauskas for The New York Times

YORO, Honduras — Things don’t come easy in La Unión, a small community on the periphery of Yoro, a farming town in north-central Honduras.
Poverty is universal, jobs are scarce, large families are crammed into mud-brick homes and meals often are constituted of little more than the subsistence crops residents grow — mainly corn and beans.
But every once in a while an amazing thing happens, something that makes the residents of La Unión feel pretty special.
The skies, they say, rain fish.